Les Lequin-Tassé (suite et fin)

Réponse de Marie-Claude

Vous avez raison.

Bravo et merci Samuel pour cet hommage.  Je l’apprécie.  D’autant plus que je sais que tu le penses sincèrement.

Samuel écrit magnifiquement bien.  D’aussi loin que je le connaisse, il se distingue par sa plume.  Il y a 15 ans déjà qu’il m’écrit de beaux messages, des cartes, des textes, des e-mails que j’ai à peu près tous conservés.  Alors non, je ne suis pas surprise de ce mot à mon endroit.  Il est juste,  et sans fausse modestie, il est aussi vrai.  Comme toute personne de l’ombre qui accompagne une personne « brillante », je sais et reconnais la valeur de mon rôle. Je sais que je suis un facteur de réussite.  Merci à toi Samuel et aux gens de me considérer ainsi. Ça me touche.

Mais…

Permettez-moi de vous expliquer plus que vous n’en dit ce texte.

À dire tout beau, on n’entend parfois plus l’écho derrière le message.

J’ai peur que le beau ait pris le dessus sur l’essence et l’ampleur de ce qu’a voulu dire Samuel.  J’ose espérer que ce message est d’abord un engagement envers moi et notre famille.  Un engagement pris devant plein de témoins en plus!  La promesse de se retrouver un peu, de se redéfinir.

Bien que nous nous entendons tous pour dire que le Tassé est un lieu d’exception et qu’il est bien au-delà qu’un simple milieu de travail, il doit occuper une parcelle de vie, et non toute une vie (et toute une tête).  Je suis tombée amoureuse d’un gars passionné tsé, mais de plein de trucs.  Que Samuel  soit barista, propriétaire d’un café de quartier, me convient.  Je l’adore ce gars qui vous accueille au Tassé, mais j’aimerais et je souhaite de tout mon cœur que Samuel Lessard-Beaupré ré-émerge suite à ces cinq années trépidantes passées sous le nom de Samuel Tassé.  Qu’il reconnecte avec lui-même, qu’il se redécouvre des passions.  Je lui souhaite à lui, d’abord.  Il le mérite.  À moi ensuite, afin que notre couple perdure et s’épanouisse encore, longtemps.  Plein de fois 15 ans.

Alors à tous ceux qui s’étonne de ne pas croiser Samuel tous les jours au Tassé, à tous ceux qui auraient donc bien bu un bon café le dimanche…  Sachez que Samuel travaille : à la paperasse, au téléphone, en auto, peu importe où et comment.  Mais autrement!  Afin de garder son entreprise ouverte tous les autres jours, et pour qu’elle aussi, elle traverse le temps.

MERCI! (Merci de nous accompagner à devenir de meilleures personnes.)

Je t’aime Samuel.

Je te fais confiance, comme tout le reste, tu réussiras.

Marie-Claude Lequin